Production intégrée

Je compare volontiers l'évolution technologique dans l'agriculture au remplacement du bois de chauffage par le mazout dans nos maisons. Nos grands-parents ont tellement eu froid et peiné pour faire du bois, alimenter les foyers, qu'ils ont opté très rapidement - du moins les moins conservateurs d'entre eux -  pour le nouveau combustible et jeté leurs fourneaux en pierre ollaire. Ce n'est que plus tard que la prise de conscience des revers du mazout s'est faite et que les cheminées ou autres chauffages à bois ont regagné les séjours. 

L'avénement technologique des années 1965-1970

Lorsque j'étais enfant, notre principal travail à la vigne était le désherbage. L'herbe envahissait tout et était une préoccupation incessante. Le développement des herbicides a été accueilli avec soulagement par la majorité des vignerons. Dans la même dynamique, l'avénement des engrais et autres amendements organiques en sacs a été un soulagement pour le dos de nombreux viticulteurs qui passaient leur automne à porter le fumier à la hotte. Au niveau antiparasitaire, l'évolution vers des produits de synthèse plus spécifiques et plus performants s'est faite avec enthousiasme et très rapidement. 

 

Raymond-vins-Saillon DSC_16572_dv DSC_7341

Début de la production intégrée en 1979

En 1979 les viticulteurs valaisans, à l'instigation d'Augustin Schmid de la Protection des Plantes de Châteauneuf, ont pris un peu de recul pour simplement constater que ces évolutions techniques avaient des revers et réfléchir ensemble à des solutions. Il est important de souligner que grâce au travail des Stations fédérales et cantonales et plus particulièrement de Mario Baggiolini et Augustin Schmid, les vignerons valaisans ont été les précurseurs de la production intégrée en viticulture. Un petit acarien, l'araignée rouge et son prédateur, le typhlodrome ont été les déclencheurs d'une immense révolution appelée à renouveler complètement la culture de la vigne. Les premiers groupes de vignerons de Venthône, Bramois et Saillon, prennent conscience que l'acaricide utilisé pour combattre l'araignée rouge tuait en même temps le prédateur de l'insecte nuisible, le typhlodrome. Dans un premier temps, un acaricide moins toxique pour l'auxiliaire est proposé puis petit à petit l'acaricide est supprimé, tout en maintenant une grande vigilance  pour préserver la qualité de la récolte. Sans entrer dans tous les détails, en 7-8 ans, l'ensemble des 5000 ha du vignoble valaisan supprime définitivement les acaricides simplement en laissant vivre le prédateur naturel de l'araignée. Village après village, toutes les communes du Valais ont bientôt un groupe de production intégrée. En 1989, j'ai été premier président de Vitival, association valaisanne de vignerons en production intégrée. 

 

Vigne Baggiolini

 

Un état d'esprit pour 30 ans de production intégrée

Petit à petit tous les éléments liés à la vigne sont intégrés - d'où le nom production intégrée - pour une meilleure compréhension de la plante, de la nature. L'objectif de cet immense mutation reste la production de raisins de qualité dans le respect de l'environnement tout en sauvegardant la pérennité économique de nos exploitations. L'état d'esprit de la production intégrée et la force des groupes permettent un changement radical de la manière de produire de tout un canton. Des vignerons romands, de la Bourgogne, des Côtes du Rhône, du Beaujolais et du sud de France ont emboité le pas en s'inspirant de nos expériences.

D70-6720 A7C_3420 A7C_4186

Voici les étapes importantes de cette longue et fructueuse mutation :

  • suppression des acaricides
  • choix et justification de chaque intervention
  • choix des fongicides les plus respectueux de l'homme, de l'environnement
  • analyse du sol, bilan de fumure, profils culturaux
  • dès 1984, vendanges en vert, estimation de récolte
  • enherbement spontané
  • gestion de l'arrosage
  • mise en place de haies vives pour les oiseaux
  • plantation d'amandiers
  • protection et sauvegarde du paysage
  • mise en place de la confusion sexuelle contre les papillons du vers de la grappe sur l'ensemble du vignoble valaisan
  • suppression des insecticides
  • adéquation cépages/sol
  • essais de systèmes de cultures, de produits
  • contrôles de maturation
  • etc. etc.
DSC_6051 DSC_5849w DSC_5624 Photo_071 07

Le plus grand défi actuel de la production intégrée est certainement de permettre aux vignerons et leurs familles de vivre de leur exploitation. En effet, il y a en Suisse de nombreux défenseurs de l'environnement qui "oublient" d'intégrer le facteur humain à l'environnement. Je pense qu'il est inutile de sauvegarder un patûrage sans permettre à son exploitant d'y vivre...

 

Adresse

  • Rue du Bourg 41
    CH - 1913 Saillon

Contact

Ouverture

Vendredi de 16h à 18h 
Samedi de 10h à 16h
En semaine sur rendez-vous

Newsletter